Category Archive Non classé

Lettre au Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin

Chères Ivryennes, chers Ivryens,
Suite à sa visite du 19 aout dernier, nous avons interpellé le Ministre de l’Intérieur, Monsieur Gérald Darmanin, sur les problèmes croissants de délinquance et d’absence de moyens de la police nationale à Ivry-sur-Seine.Depuis le début du mandat précédent, en 2014, notre groupe Ivry Autrement n’a cessé d’alerter le danger de laisser une ville devenir une zone de non droit.
Des solutions existent ! Par exemple, nous proposons la création d’une police municipale appuyée par l’installation de la vidéo-protection. Dans l’immédiat, nous demandons des effectifs supplémentaires pour la police nationale.

Face au dogmatisme de la majorité municipale, dont certains de ses membres importants sont clairement anti-républicains et anti-France (cf les propos d’Atef Rhouma du 13 novembre 2015), il est temps de réagir.

Notre lettre adressée au Ministre montre notre engagement à ce que les Ivryens puissent retrouver une ville paisible et agréable et ainsi Mieux Vivre à Ivry.

Fidèlement,

Sébastien Bouillaud
Président du groupe Ivry Autrement

Cliquez ICI pour lire la lettre adressée au Ministre de l’Intérieur en format PDF

 

Tribune novembre 2020

Horrifiée et en colère !

Vendredi, à la veille des vacances de la Toussaint, Samuel, un professeur loué par ses élèves, a été lâchement assassiné par décapitation, non loin de son collège à Conflans-Sainte-Honorine. Un acte horrible perpétré par un islamiste de 18 ans au nom encore de sa religion, l’islam, et encore une fois pour venger son prophète Mohamet.

Samuel a été décapité pour avoir fait son travail : former des citoyens, éclairer et développer l’esprit critique de nos enfants, leur apprendre que tous les sujets, aussi sensibles soient-ils, peuvent et doivent être débattus avec intelligence, et que la liberté d’expression n’est pas négociable.

Samuel, père de famille, enseignant intègre, a été victime d’une cabale menée par un parent d’élève soutenu par un prédicateur islamiste fiché S. Un parent d’élève qui a multiplié les appels, reliés par la mosquée de Pantin, qui a incité ses soutiens à écrire au collège, au CCIF, à l’Académie des Yvelines, au ministre et au président de la République. Une cabale qui a conduit à l’exécution de Samuel.

A ces islamistes et frères musulmans zélés voulant mettre à terre la France, à ces haineux, votre projet politique est voué à l’échec !!! Vous ne gagnerez jamais.

Votre idéologie totalitaire et obscurantisme sera combattue par celles et ceux, indépendamment, de leurs origines et des leurs croyances, qui aiment la France et chérissent ses valeurs.

Ma colère est dirigée contre ces élus, ces journalistes, ces associations, ces intellectuels, ces islamo-gauchistes, ces adeptes du « OUI mais », qui propagent les thèses des islamistes et des indigénistes, qui participent à ce climat délétère, qui alimentent les division au risque de désintégrer la nation France, vielle de plusieurs millénaires.

A ceux qui crient à l’islamophobie, au racisme, à la stigmatisation des musulmans, comme si en soi, être musulman était devenu une origine éthique. Non, l’islam n’est pas une religion qui doit se soumettre, autant que les autres, à la critique et au questionnement. Non, les musulmans sont d’abord des citoyens ayant les mêmes droits et devoirs que les autres.

Non, la France n’est pas raciste et ne stigmatise personne. Arrivée en France en 2002, ayant vécu dix ans de guerre civile menée par les islamistes sanguinaires, ayant vu des têtes coupées, des corps déchiquetés au nom de cette idéologie mortifère, je veux déclarer ici mon amour profond à cette terre qui m’a accueillie, qui ne m’a jamais renvoyé à mes origines, qui m’a traitée avec respect, et qui est pour moi une chance, ma chance !

L’Etat doit agir avec la plus grande fermeté contre les ennemis de l’intérieur, ennemis de la démocratie et des libertés.

Stop à la lâcheté, stop à la complaisance, stop au clientélisme, stop aux accommodements, stop aux renoncements.

 

Yamina AMZAL

Conseillère municipale

Mouvement Ivry Autrement

Tribune octobre 2020

Il est temps d’établir un premier bilan de la rentrée scolaire. Après un dernier trimestre réalisé dans des conditions extrêmement difficiles, la rentrée 2020 se devait d’être plus apaisée. Si ce fût le cas dans l’ensemble, le flou subsistait sur de nombreux sujets. Sous quel régime allaient être placés les parents qui étaient contraints de garder leurs enfants à la maison ?

Il a fallu près de deux semaines avant que le gouvernement ne clarifie la situation et propose des solutions rassurantes. En attendant, certaines classes avaient déjà fermé. A Ivry-sur-Seine, c’est l’école Casanova qui dès le 11 septembre annonce un cas positif au Covid et doit fermer ses portes une dizaine de jours. Cette situation met en grande difficulté l’apprentissage des enfants entrainant un risque de rupture pédagogique et d’inégalité entre les élèves. L’école Casanova est la seule école de l’académie de Créteil parmi les 2 638 écoles primaires de l’Académie à avoir dû fermer ses portes en septembre.

Alors que la propagation du virus s’accélère, le protocole sanitaire dans les écoles s’assouplit. Pourtant, la circulation du virus demeure extrêmement élevée avec des risques : sortes d’école, récréations ou cantines… Il est très difficile de se retrouver dans les décisions souvent aléatoires et contradictions du gouvernement.

Par ailleurs, comme si la crise ne suffisait pas, le maire a profité d’un appel intersyndical (peu suivi) à la grève pour le jeudi 17 septembre pour décider 24 heures avant de fermer les écoles. Officiellement, c’était pour de simples raisons sanitaires. En réalité, il souhaitait se poser en grand défenseur du service public… en fermant. Devant la tollé généré par cette décision non préparée, il a été obligé de reculer et d’ouvrir les écoles afin que les parents ne soient pas encore une fois pris en otages et bloqués à la maison sans solution de garde.

A propos : Mehdi Mokrani a quitté le mois dernier l’exécutif municipal en démissionnant de son poste de 5ème adjoint. Cette décision, sans aucun doute personnelle, marque un tournant dans le fonctionnement du Conseil municipal. Il n’est pas anodin qu’un fidèle parmi les fidèles comme Mehdi Mokrani décide de rendre son écharpe. Nous y voyons un système rendu à bout de souffle où les divisions commencent à se faire jour. La répartition des délégations a été décidée de manière très déséquilibrée, donnant à une poignée d’élus communistes les pleins pouvoirs alors qu’une dizaine d’autres adjoints ne sont là que pour la photo avec des délégations symboliques. Cette concentration des pouvoirs, ce repli du cercle décisionnaire ne laisse que peu d’avenir à notre ville et à la concertation citoyenne alors que les défis en matière de sécurité, cadre de vie, logement, emploi ou encore pouvoir d’achat sont nombreux.

Sébastien BOUILLAUD
Président du mouvement Ivry Autrement
Conseiller municipal à Ivry-sur-Seine