Octobre 2018

Avec des moyens illimités, tous les rêves sont permis. L’utopie se confronte néanmoins à la réalité. Nos citoyens n’attendent plus de leurs politiques de grands discours mais du concret et du pragmatisme pour leur quotidien, aujourd’hui et pour demain.

Nous comprenons que les communes doivent participer à l’amélioration des finances publiques mais celle-ci ne doit pas conduire à des coupes budgétaires forcées remettant en cause le principe même de libre administration des collectivités territoriales.

Avec un budget annuel de 200 millions d’euros et un taux de taxe foncière parmi les plus élevés d’Ile-de-France, Ivry-sur-Seine ne manque pas de ressources. Nul besoin d’imaginer de budget alternatif ou imaginaire.

Ainsi, en repensant la gestion communale, de nombreuses dépenses peuvent être revues à la baisse. Il en va ainsi de la gestion du patrimoine communal, des nombreuses dépenses de communication ou encore des subventions à destinations de la coopération internationale sans véritable enjeu local.

Ces crédits économisés peuvent être redéployés à destination directe des Ivryens pour améliorer la sécurité et leur cadre de vie.

Il paraît aujourd’hui indispensable de renforcer le soutien à nos associations sportives, notamment le handball et le football, en renforçant le soutien avec des partenaires privés. Ces nouveaux financements viseront également à améliorer les équipements sportifs de notre commune. Ivry doit se doter d’une salle de handball, d’un stade et d’un centre aquatique dignes des villes ambitieuses pour ces sportifs.

Par ailleurs, sans envisager de budget alternatif, il est possible d’améliorer grandement le quotidien des Ivryens en favorisant la réalisation d’espaces verts, de pistes cyclables et de zones de circulation douce.

La propreté peut aussi être améliorée sans dépenses superflues. Le renforcement des sanctions face aux nombreuses incivilités (tags, déchets et affichages sauvages) permettra de financer en partie le personnel nécessaire au respect des règles du vivre ensemble tout en conduisant à terme à diminuer le besoin en matière de nettoiement des rues.

Le service public n’est pas gratuit. L’impôt ne peut le financer seul. Chacun doit participer selon ses moyens aux coûts des services publics dont il a besoin.

Ivry-sur-Seine doit redevenir une ville attractive en attirant les sociétés et les industries. La situation du centre commercial Quai d’Ivry dont le parking peu rassurant et la fermeture progressive des commerces symbolise de manière criante le déclassement progressif de notre commune. Plus largement, la difficulté de commercialisation des nouveaux locaux de bureaux dans le cadre du projet Ivry Confluences témoigne du manque d’attractivité de notre commune.

Sébastien Bouillaud,

Président du groupe d’opposition Ivry Autrement

Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us