Juin 2018

Lors du Conseil municipal du 24 mai dernier, le Maire a choisi de nous présenter le rapport du Conseil Scientifique du 17 janvier 2018 relatif à « L’économie parallèle à Ivry-sur-Seine ».

Ce rapport nous dérange tant sur le fond que sur la forme.

Sur la forme, le Conseil Scientifique est un groupe de réflexion qui intervient afin « d’éclairer en amont les choix politiques et stratégiques de la municipalité ». La Ville assure que leurs projets sont traités « en toute indépendance » car leurs membres « ne sont pas élus à Ivry-sur-Seine ».

Pourtant, en regardant de près sa composition, ce Conseil scientifique ne semble pas si impartial que cela. En effet, son coordinateur, Daniel Kunth, faisait partie des signataires des soutiens à la liste de Pierre Gosnat en 2014 témoignant d’un engagement et de convictions certaines. Deux autres membres ont également connu un passé très politisé au sein de notre ville. Edith Perstunski-Deléage est une ancienne adjointe au Maire d’Ivry-sur-Seine, et Jean-Paul Deléage, est un ancien conseiller municipal, tous les deux de la Gauche radicale, écologiste et socialiste.

Ainsi, la moitié des 8 rédacteurs de ce rapport sont des personnes qui ont été fortement engagées à Gauche. Dès lors, même avec un engagement à la plus grande impartialité, difficile de penser que ce rapport ne soit imprégné d’aucune conviction politique.

Ainsi, sur le fond, certaines propositions marquent parfois de véritables choix politiques. Il en va ainsi de la principale recommandation qui vise à « Soutenir la légalisation et la distribution encadrée du cannabis » et à « Ne pas pénaliser au niveau local ».

Le cannabis est un produit dangereux qui provoque des ravages sociaux et familiaux. La société ne doit pas abandonner face aux dangers que représente le cannabis en légalisant ce produit. Le travail de prévention doit être considérablement renforcé mais l’interdit et la répression doivent demeurer. Il en va de l’avenir de nos enfants.

Légaliser le cannabis ne rapporterait rien à l’Etat. L’impact en termes de coût de santé serait bien plus important que les éventuelles recettes fiscales supplémentaires.

Enfin, la légalisation du cannabis fait courir un risque certain de se voir développer d’autres trafics (drogues dures, armes, prostitution…).

Ce rapport souligne néanmoins quelques propositions intéressantes dont leurs mises en œuvre doivent se faire au plus vite, au-delà de toutes réflexions sur l’économie parallèle. Il en va ainsi de la proposition d’inciter les médecins de quartier à signaler les mauvais traitements et les abandons d’enfants, de développer l’éducation pour sensibiliser aux risques de la drogue ou encore de mettre en place une police de proximité ou de sécurité du quotidien.

Sébastien Bouillaud,

Président du groupe d’opposition Ivry Autrement

Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us