Avril 2018

Lors du Conseil municipal du 15 février dernier, et à quelques jours de la journée internationale des droits des femmes, le sujet de l’égalité hommes/femmes a été abordé.

C’était l’occasion pour le maire d’afficher sa soi-disant exemplarité en matière d’égalité homme/femme avec une liste d’actions plus ou moins disparates et démagogiques.

Le maire et sa majorité écolo-communiste se targuent souvent d’être à la pointe dans ce domaine, de relayer les associations ultra-féministes et de ne jamais manquer de soutenir le droit des femmes lors de la journée de la femme le 8 mars. Ce sont pourtant plus de belles intentions que de vrais actes. Les choix du maire sont indéniablement en contradiction avec ses paroles.

Ivry-sur-Seine et LA seule des 47 villes du Val-de-Marne à ne compter qu’une seule femme parmi les six premiers élus dans l’ordre du tableau du maire et des adjoints. Ce choix appartient au maire et à lui seul. L’ordre de nomination détermine le rang des adjoints. Rien ne lui oblige à réaliser une telle discrimination.

Ce choix unique dans le Val-de-Marne ne peut être le simple fruit du hasard. Il dépasse le cadre symbolique. Il marque un véritable choix politique en totale contradiction avec les belles paroles de la municipalité en matières d’égalité hommes/femmes.

Comment expliquer que cette situation si particulière ne se retrouve qu’à Ivry-sur-Seine ?

Surtout, face à ces faits et à des choix de fonds, je regrette que le maire ait perdu ses nerfs et son calme sur le sujet et se permis de retourner le débat par des attaques personnelles que n’avaient rien à faire dans cette assemblée.

Ivry-sur-Seine mérite mieux que ces positions virulentes annihilant tout débat de fond. L’exemplarité doit être montrée en plus haut lieu autant dans les actes et dans les choix. Nul ne peut dire que nous avons manqué de respect à la fonction de maire et à la personne qui l’incarne. Nous devons pouvoir débattre. Garantir cette valeur constitue le fondement de la démocratie. Alors les comparaisons hasardeuses, les attaques personnelles et les menaces n’ont rien à faire au sein de la gouvernance communale.

A propos : Ivry Autrement défend au quotidien notre commune et ses habitants. C’est pourquoi, bien que groupe d’opposition, nous étions présents le 6 mars 2018 pour défendre le Fort d’Ivry-sur-Seine et les historiques jardins d’Ivry.

Au-delà des clivages politiques, nous tenions à réaffirmer la volonté que l’avenir de notre commune appartienne à ses habitants. D’ailleurs, à la différences du maire, nous avions ciblé dès l’origine les véritables intentions de Roland Castro et d’Emmanuel Macron : le Fort d’Ivry. Ce fut le centre de notre intervention : défendre le seul poumon vert encore préservé d’une urbanisation et d’une bétonisation.

Sébastien Bouillaud,

Président d’Ivry Autrement

Conseiller municipal

Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us